La mode d’hier à aujourd’hui

La mode peut –être définie comme une attitude collective et passagère en matière surtout d’habillement. Mais au Sénégal par exemple chaque année, on assiste à l’arrivée dans nos langues de nouveaux mots que tout « branché » doit savoir utiliser. La mode peut également se comprendre comme une représentation ethnique religieuse, idéologique, géographique et
Comportemental…
Au Sénégal toujours, aller à la mosquée, un baptême, une cérémonie religieuse rime avec les habits larges.
Pour être à la mode dans de pareils cas, il faut être comme la majeure partie des gens souvent habillés de la sorte.
De même on assiste aujourd’hui, à une autre facette de la mode : les jeunes, selon la saison, l’évènement ou le temps, introduisent une partie de leurs origines mais aussi se réfèrant à des systèmes d’identification par le vêtement, les accessoires, le comportement.
Comprenant le langage des couleurs, certains peuvent s’accoutrer en prince de leur pays avec une couleur unique telle que le jaune (s’habille en jaune quiconque se dit autonome). Cependant ce phénomène n’est sans inconvénient chez les jeunes, à la société. Nous pouvons citer à bon droit ici le phénomène du « Blow ». Pour « blower », il faut nécessairement des moyens financiers important, du matériel non négligeable : un 4×4 pour aller en boite et quatre- vingt mille à dépenser le temps d’une soirée.
On pourrait ajouter la fête de la Saint Valentin pendant laquelle les gens (informés) s’habillent en rouge blanc et (non de grâce en rouge noir !)
En vérité la mode aujourd’hui coûte cher aux populations.
Et doit-on continuer à suivre aveuglément la mode surtout étrangère dont on ne sait pas souvent les tenants et les aboutissants, ni même la signification ? Je reste convaincue qu’un jeune Africain (moins un adulte) peut être plus utile ailleurs que dans cette vie d’illusion. Je suis d’autant plus sidérée de le constater que la mode est avant tout une attitude paradoxale : vouloir paraître pareil et différent en même temps. Pour finir (on ne finit jamais, me direz-vous, pourtant il faut essayer de finir), je dirai que le plus beau style, le plus bel art, demeure la simplicité.

Ndèye Amy Diouf, 3e A)

Publicités
Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :